Le cardio en quelques mots

(9)

Le cardio en quelques mots...

 

De nos jours la fréquence cardiaque est un indicateur fiable extrêmement bien monitoré en médecine, mais aussi à l’exercice afin de définir sa programmation d’entraînement et, dans certains cas, surveiller les progrès.                

Mais savez-vous vraiment ce qu’est le cœur et comment il fonctionne pour orchestrer toute la mécanique de l’organisme ?

Tout d’abord, le cœur est un muscle, au même titre que les  muscles  striés squelettiques (biceps, quadriceps…) et les muscles lisses (estomac, vaisseaux sanguins), que l’on appelle aussi muscle cardiaque.

 

 

 

Le rôle du cœur dans le système cardiovasculaire

 

Il fait parti du système cardiovasculaire qui est composé d’une pompe (le cœur), d’un système de canaux (les vaisseaux sanguins) et d’un liquide circulant (le sang).

Ce système cardiovasculaire est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme puisqu’il assure 6 principaux rôles qui sont :

> Apport en oxygène et nutriment

> Élimination du CO2 et des déchets métaboliques

> Transport des hormones

> Thermorégulation

> Régulation de l’équilibre acide-base de l’organisme et des fluides corporels

> Fonction immunitaire

 

Le cœur joue donc un rôle essentiel dans la circulation sanguine en permettant l’envoi régulier du sang dans l’organisme.

 

 

 

Le cœur, juste une pompe ?

 

Le cœur est composé de 2 oreillettes qui reçoivent le sang et de 2 ventricules qui l’éjectent :
> L’oreillette droite (1) reçoit le sang, chargé en déchets métaboliques.            
> Il le transfère au ventricule droit (3) qui l’envoie jusqu’aux poumons pour qu’il soit purifié et réoxygéné.
> L’oreillette gauche (2) reçoit des poumons le sang oxygéné et chargé en nutriments.
> Il le transfère au ventricule gauche (4) qui se charge de l’envoyer dans tout le corps.              
> Ces différentes actions sont réalisées par la partie musculaire du cœur, le myocarde (5). Il permet au cœur de se contracter et donc d’effectuer son rôle continu de pompe.

 

Schema cardio

 

1 : Oreillette droite       
2 : Oreillette gauche    
3 : Ventricule droit        
4 : Ventricule gauche   
5 : Myocarde    

Flèche rouge : parcours du sang oxygéné et chargé en nutriments venant des poumons

Flèche bleue : parcours du sang désoxygéné et chargé de déchets métaboliques venant de l’organisme

Le cœur est capable de générer sa propre contraction sans l’aide du système nerveux, il va alors se contracter naturellement à environ 100 bpm.  
Il est toutefois régulé par des  stimuli nerveux ou hormonaux afin d’adapter la contraction du cœur aux besoins physiologiques.                 
Pour illustrer l’importance de cette régulation , nous pouvons prendre l’exemple de la transplantation cardiaque où le cœur transplanté va se contracter naturellement entre 70 et 110 bpm car certains systèmes d’autorégulations n’ont pu être reconnectés pendant l’opération.

 

 

 

La régulation cardiaque pour quoi faire ?

 

Le cœur adapte son nombre de battements par minute (bpm) en fonction de l’activité du corps et/ou des stimuli extérieurs. Si les besoins en oxygène et nutriments sont importants, la fréquence cardiaque (FC) va augmenter jusqu'à atteindre éventuellement la FC max. Au contraire, en période de repos, la FC va s’approcher de la FC de repos. En cas de stress ou de consommation d’excitant (caféine) la FC peut aussi être augmentée.

Pour ce faire, l’organisme a mis en place trois systèmes pour influencer la FC :

> Le système nerveux parasympathique permet de diminuer la fréquence cardiaque et prédomine lorsque la FC est inférieure à 100 bpm.

> Le système nerveux sympathique permet d’augmenter la fréquence cardiaque et prédomine lorsque la FC est supérieure à 100 bpm.

> Le système endocrinien libère des hormones qui permettent aussi de stimuler la FC.

 

 

 

L’effet du sport et de l’activité physique

 

Le sport ou l’activité physique entraînent des adaptations cardiovasculaires. En effet l’augmentation de la charge d’entraînement ou de l’intensité implique une augmentation des besoins en oxygène. Le corps s’adapte donc aux besoins de l’organisme en oxygène pour soutenir cet effort.

On observe, entre autres :

> Une augmentation de la masse et du volume du cœur.

> Une diminution de la fréquence cardiaque de repos.

> Une diminution de la FC à l’exercice modéré/intense.

> Une augmentation du volume d’éjection systolique* ainsi que du débit cardiaque maximal*.

 

 

 

Le cardiofréquencemètre un outil adéquat ?

 

L’outil le plus facile pour monitorer sa FC est le cardiofréquencemètre, il mesure l’activité électrique du cœur et indique le nombre de battements par minute. Il permet d’orienter au mieux l’entraînement et d’assurer un suivi des progrès.               
Développé à l’origine pour le milieu médical et sportif de haut niveau, il s’est aujourd’hui largement démocratisé tant sur sa facilité d’utilisation que sur son prix d’achat.     

La technologie la plus utilisée aujourd’hui est la ceinture cardio bluetooth seule (ou intégrée dans un textile) et couplée à une montre réceptrice ou une application smartphone.           
On trouve également de plus en plus des montres cardio-optiques. Cette technologie détermine la FC au poignet en mesurant les variations de pression du sang dans les capillaires de la peau.  

Les cardiofréquencemètres étant de plus en plus performant il est également possible pour certains de mesurer la variabilité cardiaque (HRV).               
La HRV correspond au laps de temps entre chaque battement de cœur, lorsque la FC est relativement stable. Ce laps de temps se révèle légèrement irrégulier et est un reflet de l’action des différents systèmes de  régulation cardiaque.        
Une faible HRV est associée à un état important de stress psychologique, est considéré comme un facteur de risque accru de maladie cardiovasculaire, d’accident cardiaque et de mort subite. Il est également possible d’en tirer des indications sur le niveau de fatigue et sur la qualité du sommeil.
 

 

Et maintenant que nous avons succinctement expliqué le fonctionnement du cœur, à vos montres cardio et mesurez l'impact de vos efforts physique pour en avoir le coeur net !

 

Tanguy DAVIN, Ingénieur Recherche et Développement chez Decathlon Sportslab

logo dsl

 

Définitions 

Volume d’éjection systolique (VES) : volume de sang éjecté par chaque ventricule lors de sa contraction.

Débit cardiaque: volume de sang total éjecté par le ventricule en une minute,

 Débit cardiaque  = FC * VES.

 

 

Bibliographie :

ACHTEN, Juul et JEUKENDRUP, Asker E. Heart rate monitoring. Sports medicine, 2003, vol. 33, no 7, p. 517-538.

COSTILL, David L. et WILMORE, Jack H. Physiologie du sport et de l'exercice: adaptations physiologiques à l'exercice physique. De Boeck Supérieur, 2006.

SERVANT, D., LEBEAU, J. C., MOUSTER, Y., et al. La variabilité cardiaque: un bon indicateur de la régulation des émotions. Journal de thérapie comportementale et cognitive, 2008, vol. 18, no 2, p. 45-48.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
MESURE DE LA FORME
frequence cardiaque de repos

C’est déjà assez compliqué d’adapter sa pratique sportive en fonction de sa fréquence cardiaque, si en plus on intègre la notion de fréquence cardiaque de repos…
Pas de panique, on vous explique tout !

(67)
Montre cardiofréquencemètre ONRHYTHM 50 noire
17,99 €*
3.50 / 5 368 avis
    • Montre cardiofréquencemètre ONRHYTHM 50 noire
      17,99 €*
    HAUT DE PAGE